Un peu d'histoire
 
Le développement industriel des procédés membranaires tel que nous les connaissons aujourd'hui peut être attribué à quelques personnalités scientifiques hors du commun qui ont été les précurseurs du développement industriel des procédés membranaires. Mais les membranes existent depuis la création de l'humanité et nous accompagnent à tout moment :
  • Des membranes régulent l'échange de matières au travers des parois de nos cellules

  • Des membranes (coquilles des spores) ont protégé des bactéries qui ont somnolé des milliers de siècles et que nous savons aujourd'hui réveiller pour les utiliser dans de nombreuses applications aussi intéressantes les unes que les autres

  • Des organes artificiels (hémodialyseurs, poumons artificiels, ..) sont très largement utilisés dans le monde

 

C'est en 1748 que Jean-Antoine Nollet, prêtre et physicien français, découvre le phénomène de l'osmose.

En 1935, le Professeur allemand Richard Adolf Zsigmondy, développe les premières membranes de microfiltration, produits commercialement par Sartorius.

En 1960, Loeb et Sourirajan réussissent à fabriquer les premières membranes d'osmose inverse.

Ce n'est que 25 ans plus tard, en 1985, qu'est démarrée la première usine de traitement de l'eau potable avec des membranes céramiques (Saint Gervais, France, 180 m3/j).

En 1988, la première usine équipée de membranes organiques d'ultrafiltration pour le traitement de l'eau potable est inaugurée à Amoncourt en France (100 m3/j). A la même époque, les membranes sont également utilisées au Japon pour traiter les eaux grises des immeubles et les recycler dans les chasses d'eau.

Dix ans plus tard, les USA se sont convertis aux membranes pour le traitement de l'eau.

Depuis quelques années, l'ensemble d'Europe et d'Asie adopte cette technologie.

Aujourd'hui:
  • Les membranes de microfiltration sont privilégiées aux Etats Unis et en Angleterre, alors que la plupart des autres pays préfèrent l'ultrafiltration


  • Les membranes PVDF semblent être la technologie privilégiée pour les nouveaux modules alors que les membranes en PAN, TAC, PS ou PES présentent des nombreux avantages dès lors que l'on veut traiter des eaux


  • Les membranes fonctionnant dans une configuration out-in semblent être la technologie privilégiée alors que les membranes in-out offrent une meilleure gestion du colmatage


  • Les procédés à membranes immergées ou pressurisées traitent tous les types d'eaux



  • Le recyclage et la réutilisation des eaux usées sont maintenant très développés dans beaucoup de pays ayant un déficit hydrique chronique


  • Le prétraitement de l'eau de mer par membranes devient une alternative économiquement intéressante aux traitements conventionnels


  • Les contacteurs à membranes pénètrent progressivement des secteurs d'activité qui découvrent peu à peu l'intérêt de ces nouveaux produits

Les membranes n'ont donc pas fini de nous étonner...


Membrane céramique UF d'Orelis Environnement